Martin Janvier

D’emblée, je dois vous avouer que j’ai pleuré en réalisant votre départ du Québec ce matin à Radio-Canada Première et je voulais simplement vous remercier du fond du coeur pour la chance inouïe que j’eus de chanter devant vous en tant que choriste amateur sur la scène de la Maison Symphonique durant l’Ode à la Joie en compagnie d’un choeur fleuron. C’était assez spectaculaire pour moi mais ce qui l’était encore plus était de constater l’immense sensibilité que vous avez eu à notre égard et le charisme enchanteur qui vous caractérise. Je vous souhaite une joyeuse retraite et oui, vous nous manquerez! Santé, paix et bonheur à vous et votre famille.